Mise en oeuvre et suivi des actions

La mise en œuvre du plan d’action vise à apporter une plus-value aux projets déjà en place pour le Saint-Laurent dans la zone de Québec, notamment, grâce à l’harmonisation des initiatives ou par la réalisation de nouveaux projets.

Voici un tour d’horizon des différents projets en cours permettant la réalisation des grandes actions définies pour la gestion intégrée du Saint-Laurent. Soulignons que l’ensemble des projets décrits font aussi l’objet d’un suivi par les membres de la Table de concertation.

  • Vitrine régionale sur la qualité de l’eau du fleuve

    Des démarches sont faites afin de mettre en place un réseau de suivi régional harmonisé de la qualité de l’eau du fleuve en rive, avec une emphase sur les usages à caractère récréatif. Un tel réseau considérera les initiatives et les possibilités de partenariat avec différents organismes.

    Le réseau proposé sera complémentaire aux actions ponctuelles réalisées en ce sens, notamment, par le milieu municipal, le MDDELCC et certains organismes du milieu.

  • Étude de vulnérabilité des sources d’eau potable au fleuve en regard de la salinité

    Une étude est en cours afin de mieux connaître la variabilité temporelle et spatiale de la salinité de l’eau du fleuve, les causes qui lui sont attribuables ainsi que l’effet des changements climatiques dans la zone de transition saline.

    La première étape portant sur l’identification des pointes de salinité et des causes a été complétée. Des pointes de salinité élevées ont été observées ces dernières années à l’usine de production d’eau potable de Sainte-Foy. Bien que ces pointes se situent en deçà du seuil de potabilité, les villes de Québec et de Lévis sont préoccupées par cette situation. La seconde étape, actuellement en cours, vise à réaliser une campagne d’échantillonnage sur le fleuve.

    Ce projet a été élaboré par la CMQ, Ouranos, le MDDELCC ainsi que les villes de Québec et de Lévis.

  • Parcours du fleuve

    Le Parcours du fleuve constitue l’un des principaux axes de la Trame verte et bleue métropolitaine dont la planification et la mise en œuvre sont coordonnées par la CMQ. Cette vision de mise en valeur du fleuve et de ses rives sera intégrée dans un plan d’ensemble qui pourra orienter des projets dans différents secteurs du territoire.

    Trois grands aspects sont considérés dans cette démarche soit les accès publics au fleuve et les activités récréatives, la protection des milieux naturels ainsi que la mise en valeur des paysages et du patrimoine. Les infrastructures, équipements, services ou activités caractérisant les différents sites du Parcours du fleuve pourront ainsi bonifier une offre touristique adaptée aux visiteurs tout en desservant la clientèle régionale et locale.

    Une journée de réflexion regroupant des représentants d’une quarantaine d’organisations du milieu a permis d’identifier les éléments de vision à privilégier pour la mise en place du Parcours du fleuve. Les éléments soulevés dans le cadre de cette journée de réflexion, tenue en décembre 2017, ont été regroupés dans un rapport produit par l’Institut du Nouveau Monde, mandaté pour l’animation de cette activité. Des rencontres avec des partenaires sont prévues tout au long de la démarche, incluant les villes de Québec et de Lévis, les MRC, la CCNQ, le Port de Québec, le ministère.

  • Soutien aux communautés côtières confrontées aux aléas d’inondation et d’érosion

    Un projet visant à réduire la vulnérabilité aux inondations et à l’érosion associées aux changements climatiques pour les communautés riveraines du tronçon fluvial du Saint-Laurent est coordonné par la CMQ. Ce projet permettra aux municipalités riveraines de mieux comprendre les différents processus reliés aux fluctuations des niveaux d’eau et à l’érosion des berges, leur évolution possible avec les changements climatiques et les zones vulnérables à ces aléas. Les résultats les aideront à mieux intervenir en matière d’aménagement et de développement pour gérer ces risques.

    Inscrite dans le cadre du plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques (PACC) du gouvernement du Québec, cette démarche se fait en collaboration avec le MDDELCC, le consortium de recherche Ouranos ainsi que l’Université Laval. Un comité de suivi a été mis en place afin de s’assurer que les spécificités régionales sont considérées par les équipes de recherche dans le cadre de cette démarche, et pour faciliter les liens entre les chercheurs et les différents intervenants du milieu. Ce comité regroupe la CMQ, les villes de Québec et Lévis, les MRC de la Côte-de-Beaupré, de L’île-d’Orléans et de Bellechasse.

    Deux ateliers de travail élargis sont aussi prévus dans le cadre de cette démarche. Le premier atelier a ainsi permis de regrouper, le 2 octobre 2018, une quarantaine d’intervenants du milieu pour identifier les zones plus préoccupantes du point de vue de l’érosion et des inondations et pour discuter des mesures et outils à mettre en place pour faire face à ces problématiques.

  • Connectivité écologique

    Une étude portant sur l’analyse de la connectivité écologique sur le territoire de la CMQ et de la TCRQ a récemment été complétée. Le projet visait à identifier et à caractériser des corridors écologiques répondant aux enjeux de connectivité structurelle au moyen d’outils géomatiques. Cette étude a fait l’objet d’un mandat attribué par la CMQ à la firme CIMA+ et le rapport final a été déposé en septembre 2018.

    Un comité de suivi regroupant des représentants des villes de Québec et Lévis ainsi que des MRC de la Côte-de-Beaupré, de l’Île-d’Orléans, de la Jacques-Cartier et de Bellechasse a été mis en place pour assurer le suivi de cette étude. Les membres du comité ont entre autres fourni des données pour la réalisation de l’étude, validé certains aspects méthodologiques, contribué à définir les critères utilisés pour l’identification et la caractérisation des corridors écologiques en plus de valider les résultats de l’étude.

  • Évaluation économique des biens et services écologiques des milieux naturels

    Une analyse de la valeur économique du capital naturel sur le territoire de la CMQ et de la TCRQ est en cours. Cet exercice vise à mesurer la valeur du capital naturel selon certains services écosystémiques qu’ils génèrent (séquestration de carbone, contrôle des eaux de ruissellement, réduction des surverses, réduction des ilots de chaleur, activités récréotouristiques, etc.) en combinant une analyse cartographique et une analyse économique. Ce mandat a été attribué au consortium de recherche Ouranos et à Jérôme Dupras, professeur au Département des sciences naturelles de l’Université du Québec en Outaouais et chercheur à l’Institut des sciences de la forêt tempérée.

    Les différents partenaires ayant assuré le suivi de la démarche regroupent la CMQ, les villes de Québec et de Lévis ainsi que les MRC de la Côte-de-Beaupré, de l’île d’Orléans, de la Jacques-Cartier et de Bellechasse.

  • Plan de développement de la zone industrialo-portuaire de Québec-Lévis

    Une démarche régionale visant à implanter la zone industrialo-portuaire de Québec-Lévis est actuellement coordonnée par le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MESI). Cette démarche, qui se fait en collaboration avec différents intervenants de la région, vise à élaborer un plan de développement industriel comprenant entre autres le repérage des marchés potentiels et des occasions d’attraction d’investissements, le tout en conformité avec les principes du développement durable. La zone industrialo-portuaire de Québec-Lévis est l’une des 16 zones industrialo-portuaires du Saint-Laurent identifiées par le gouvernement du Québec dans le cadre de la Stratégie maritime du Québec.

    Un comité local a été mis en place pour assurer la mise en œuvre de cette démarche. Ce comité regroupe la Ville de Québec, la Ville de Lévis, l’Administration portuaire de Québec ainsi que les ministères concernés. La TCRQ suit les travaux du comité local mis en place pour la région de Québec-Lévis.

  • Image de marque pour le fleuve Saint-Laurent et mise en place d’outils de sensibilisation

    Une identité visuelle pour le fleuve Saint-Laurent a été développée sous le thème Mon Saint-Laurent vivant. Cette démarche vise à augmenter la visibilité et la notoriété du fleuve grâce à une image de marque pouvant être utilisée par toutes les organisations en lien avec le fleuve. Des outils de communication s’appuyant sur l’image de marque ont aussi été mis en place.

    Le site web Mon Saint-Laurent Vivant a ainsi été mis en ligne en juin 2017 afin de présenter une information vulgarisée sur le Saint-Laurent, ses ressources, le rôle qu’il joue ainsi que les possibilités qu’il représente auprès de la population. À cet effet, le site intègre une carte en ligne permettant de localiser les accès publics au fleuve dans la zone de Québec en plus d’en donner une brève description.

    En 2016, un comité de travail ad hoc avait été mis en place afin d’identifier les actions de sensibilisation prioritaires à mettre en œuvre pour favoriser la valorisation du Saint-Laurent dans la zone de Québec. Ce comité de travail a permis de regrouper des intervenants des villes de Québec et Lévis, de la ZIP de Québec Chaudière-Appalaches, de la Sodes, de la Fondation Monique Fitzback, de G3E, de l’Aquarium du Québec, du Port de Québec et du CRE de la Capitale Nationale.

  • Partenariats pour appuyer des projets du milieu

    Une entente de partenariat afin de soutenir des projets visant la protection et la mise en valeur des milieux naturels du fleuve Saint-Laurent et de ses rives a été conclue entre la CMQ et la Fondation de la faune du Québec.

    Dans le cadre de cette entente, la CMQ a investi 90 000 $ dans le volet Rives du Saint-Laurent du programme AGIR pour la faune. Ce programme vise notamment la préservation de la biodiversité, le maintien de la connectivité et l’accroissement de la productivité faunique des habitats ainsi que la participation et l’engagement du milieu. Ces objectifs sont également poursuivis par la TCRQ.

    Cette aide financière permettra aux organismes réalisant des projets, situés sur le territoire de la CMQ et des municipalités riveraines de la MRC de Bellechasse, de bénéficier d’un appui supplémentaire pour soutenir leurs initiatives de conservation, de restauration ou de mise en valeur des milieux naturels caractérisant le Saint-Laurent.

  • Assemblées annuelles de la TCRQ

    Chaque année, une assemblée de la TCRQ est organisée afin de permettre le réseautage entre les acteurs de l’eau. Constituant un Forum régional sur le fleuve, cet événement permet d’assister à des présentations portant sur des enjeux liés au Saint-Laurent. Un tour d’horizon des différents travaux découlant de la gestion intégrée du Saint-Laurent y est aussi présenté.

Suivez-nous