Retour aux actualités

Pourquoi gérer les matières résiduelles à l’échelle métropolitaine ?

10 mars 2021

Le PMGMR, c'est quoi?

Outre l’aspect légal, la planification des matières résiduelles à l’échelle métropolitaine répond aux enjeux des villes et MRC du territoire identifié. Cette planification dote la Communauté d’une vision globale partagée en répondant plus aisément aux exigences fixées.

Le Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles, le PMGMR pour les initiés, est donc la feuille de route qui collige les priorités du territoire en tenant compte de l’expertise de chacun des acteurs.

Cinq grands enjeux ont été identifiés dans le PMGMR 2016-2021. D’abord, réduire les quantités de matières résiduelles éliminées pour tenir compte de la capacité de traitement et la durée de vie utile des installations d’élimination. Deuxièmement, atteindre les cibles de recyclage des matières organiques qui étaient situées à 29 %, en 2013. Troisièmement, augmenter le taux de récupération des matières recyclables, des débris provenant de la construction, rénovation et démolition et des résidus domestiques dangereux. Quatrièmement, impliquer le secteur institutionnel, commercial et industriel dans l’atteinte des objectifs régionaux. Enfin, assurer le financement des mesures inscrites au PMGMR.

Tous les sept ans, cette planification doit faire l’objet d’une révision complète afin de s’ajuster et répondre aux objectifs fixés par le gouvernement. Ce processus de révision est en cours!

Qu’est-ce que le processus de révision?

Du moment où le processus de révision s’enclenche, il faut compter entre une à deux années avant de déposer un  projet.  Au préalable, un inventaire complet des matières résiduelles générées sur le territoire doit être entamé puisque ce processus est fastidieux. Ensuite, un comité multisectoriel est formé. Celui-ci regroupe des personnes du secteur municipal, commercial, institutionnel, industriel, environnemental, entrepreneurial ainsi que le milieu de la construction, rénovation et démolition. Les membres sont chargés de participer activement aux travaux d’élaboration en soulevant les enjeux imputables à leurs domaines.

  • Lors du dernier portrait en 2013, saviez-vous que...
    • Le plastique était récupéré à 19 %, comparativement à 63 % pour le papier/carton ?
    • Les résidus alimentaires étaient récupérés à 36 %, comparativement à 79 % pour les résidus verts ?
    • Le taux global de récupération, considérant l’ensemble des matières résiduelles générées sur le territoire, était de 54 % ?

La seconde étape est l’élaboration de l’énoncé de vision. Pour y parvenir, les membres formuleront leur idéal à atteindre, d’ici les prochaines années, sur le territoire en matière de gestion des matières résiduelles. Les grandes orientations et les objectifs seront définis pour guider les suites de la démarche. Dès le mois de juin, ce premier volet sera adopté par le conseil de la CMQ.

Ensuite, un plan d’action sera élaboré afin d’établir les mesures à prioriser. Un calendrier bien rempli afin d’adopter un premier projet du PMGMR en janvier 2022!

Vous souhaitez nous transmettre votre avis sur la gestion des matières résiduelles? Une consultation citoyenne est actuellement en ligne!

Partagez cet article