Retour aux actualités

RDD et matières recyclables, un duo explosif !

20 octobre 2020

Les événements récents ont transformé à vitesse grand V le quotidien des québécois. Entre télétravail et projets de rénovation, le temps passé à la maison est monté en flèche. La quantité de matériaux aussi ! C’est pourquoi il est important de bien trier ses matières résiduelles, plus particulièrement les RDD, mieux connus sous le nom de résidus domestiques dangereux. Ces derniers peuvent poser des risques significatifs lorsqu’ils sont mal gérés.

Qu’est-ce qu’un RDD ?

Les résidus dangereux désignent les résidus de nombreux produits à usage domestique qui se trouvent tant dans votre garage que dans… votre poche arrière ! On parle notamment de pots de peinture et de solvants, d’aérosols, de piles et d’ampoules, mais aussi de produits nettoyants, de médicaments et même de votre téléphone cellulaire. Saviez-vous que la quantité de RDD produite par les ménages québécois est estimée à près de 20 000 tonnes annuellement, soit environ 1 % des résidus municipaux ?1

L’importance de bien trier ses matières à la maison

Il est important de bien trier vos matières, même si cette étape peut parfois paraître complexe. Rappelons que seuls les imprimés, les contenants et les emballages sont acceptés au bac bleu. En cas de doute, nous vous invitons à consulter le site Web de votre municipalité pour identifier avec précision les matières à mettre dans votre bac de récupération.

Dans la grande région de Québec, c’est l’organisme Société Via qui assure le traitement des matières recyclables récupérées afin de leur donner une seconde vie. Lorsque des matières indésirables comme des RDD se retrouvent au centre de tri, elles peuvent mettre en péril la sécurité des employés dus à leurs composantes inflammables et explosives. C’est pourquoi il est important de les amener à l’écocentre ou dans un point de dépôt identifié.

Comment identifier les RDD et s’en départir adéquatement ?

Si votre résidu possède sur son étiquette l’un ou l’autre de ces pictogrammes, direction l’écocentre !

Toutefois, s’il en est dépourvu, cela ne veut pas dire qu’il ne s‘agit pas d‘un RDD. Pensez aux piles, aux batteries et aux pots de peintures qui ne sont pas nécessairement étiquetés, mais qui  doivent tout de même être disposés à l’écocentre ou dans un autre point de dépôt identifié par votre municipalité.

Saviez-vous que deux incendies se sont déclarés au centre de tri dû à des batteries mises au bac de recyclage cet été ? Heureusement, ces derniers ont été rapidement contrôlés, mais les conséquences auraient pu être désastreuses. Les piles et batteries font partie de nos vies, mais elles demeurent dangereuses lorsque mal gérées.

Histoire de vous assurer de la bonne gestion de vos RDD tout en accomplissant une bonne action pour la planète, consultez l’outil en ligne « Tes résidus dangereux » de la Communauté métropolitaine de Québec. Pour connaître les différents points de dépôt ou de collectes spéciales pour ces matières dans votre municipalité, vous pouvez également consulter :

Partagez cet article